Kevin Staut : "Le nombre de compétitions 4* et 5* continue de croître, mais les 'cavaliers émergents' ont encore trop peu de chances"

Kevin Staut : "Le nombre de compétitions 4* et 5* continue de croître, mais les 'cavaliers émergents' ont encore trop peu de chances"

Depuis le lancement de la FEI Jumping Ranking List il y a plus de 20 ans, le International Jumping Riders Club (IJRC) n’a cessé de travailler dessus. Kevin Staut soutient également ce projet en tant que membre du conseil d'administration de l'IJRC, aux côtés du président François Mathy Jr et de la directrice Eleonora Ottaviani.


"Le système de points," explique Kevin Staut, "est d'une grande importance pour notre club. Cet outil fonctionne sans aucun doute, mais les modifications du système de points doivent être contrôlées périodiquement. Cela est dû au fait que le calendrier des événements équestres est en constante évolution, avec de nouvelles séries et de grands événements dans des pays qui ne sont normalement pas présents dans le panorama international des événements de haut niveau.

Actuellement, notre attention se porte sur les Coupes des Nations. L'histoire nous apprend que c'est une compétition avec quatre cavaliers techniquement expérimentés appelés à représenter leur pays. Et cela fait la différence. On nous a demandé d'examiner le classement par points et si les compétitions par équipes ont un format différent, la solution était de regarder les résultats individuels des différentes manches.

Il est clair qu'il existe différentes opinions sur le système de points actuel, car le Club soutient et continuera de soutenir les caractéristiques uniques des compétitions par équipes.

 Points de classement

Pour revenir aux points de classement, Kevin Staut est convaincu qu'il faut agir en ce qui concerne les jeunes cavaliers.

"Les cavaliers en tête du classement FEI n'ont aucun problème à choisir les compétitions auxquelles ils participent, mais tous les autres n'ont certainement pas cette facilité. Cela ne permet pas un système de classement dynamique et surtout l'arrivée de nouveaux cavaliers, notamment des jeunes. Le nombre de compétitions 4* et 5* continue de croître et les 'cavaliers émergents' ont vraiment du mal à participer à ces compétitions.

Les CSIO sont les seules compétitions où les cavaliers sont sélectionnés par les chefs d'équipe et où tous les cavaliers méritants ont la chance de progresser, de faire leurs preuves et en même temps de gagner des points précieux pour le classement. C'est pourquoi les CSIO sont particulièrement importants pour l'avenir de notre sport. Lors de la Coupe des Nations à Rome, nous avons clairement vu le niveau de qualité des jeunes participants, avec l'équipe allemande sur la plus haute marche du podium dans la Coupe des Nations.

Aujourd'hui, plus que jamais, il est du rôle du Club - dont le conseil d'administration est exclusivement composé de cavaliers participant chaque week-end à des compétitions 5* - de regarder au-delà du microcosme restreint du plus haut niveau.

Pour garantir un avenir prospère à notre sport, il faut accorder plus d'attention à la méritocratie," souligne Staut, "le sommet de la pyramide d'un système qui doit fonctionner de manière cohérente depuis la base. Cela commence par la visibilité de notre sport en dehors du monde des initiés. Il y a actuellement une grande confusion dans notre communication au grand public, avec des chevauchements continus d'événements importants. Nous sommes souvent qualifiés d'acteurs d'un sport formidable, mais dans un bouquet de super-événements, le grand public ne voit pas les grands acteurs. Et ce n'est certainement pas bon pour la promotion de notre sport."

Source: HSJ